Lexique

SHON : surface habitable œuvre nette

SHOB : surface habitable œuvre brut

VT : visite technique

DPLG : architecte diplômé par le gouvernement

PC : permis de construire

DP : déclaration préalable de travaux

VR : volets roulants

OF : ouverture française

DEV : surface développée

IPN : une poutrelle en l à profil normal (acier plein)

 

Autoclave : imprégnation de pesticides dans le bois par traitement sous vide ou sous pression, à haute température.

Biosourcé : matériau à base de fibres végétales ou animales (fibres de bois, laine de mouton, etc.).

Capacité thermique : désigne l’aptitude d’un matériau à stocker de la chaleur. Plus elle est grande plus la quantité de chaleur à lui apporter pour élever sa température est importante. Elle caractérise généralement les matériaux lourds dits « à inertie ».

Chape : partie maçonnée recouvrant une dalle pour mise à niveau et finition.

Convection thermique : la convection est le transfert de la chaleur par déplacement via un fluide (gaz ou liquides). Par exemple, de l’air en mouvement léchant une paroi plus froide évacue sa chaleur par convection.

COP : coefficient de performance des pompes à chaleur. Un appareil qui consomme 100 Watts d’électricité pour produire 350 Watts de chaleur ou de froid a un COP de 3,5.

COV : les composés organiques volatils sont des hydrocarbures (composés de carbone et d’hydrogène) sous forme gazeuse, d’origine naturelle (évaporation par les plantes) ou issus d’une transformation chimique. Ce sont des gaz à effet de serre, qui ont un impact sur la santé humaine. Ils sont de familles hétérogènes et leurs effets sur la santé sont très différents suivant leur nature et leur concentration.

CSTB : centre scientifique et technique du bâtiment. Le CSTB est un organisme public français, surtout connu du grand public pour sa branche « évaluation » où sont définis et publiés les Avis Techniques (ATec et-ou ATex) et les Documents Techniques Unifiés (DTU).

Diffusivité thermique : désigne l’aptitude d’un matériau à transmettre rapidement une variation de température. Elle croît avec la conductivité et décroît avec la capacité thermique. Plus la diffusivité est faible plus le front de chaleur mettra du temps à traverser l’épaisseur considérée d’un matériau. Le temps entre le moment où la chaleur arrive sur une face de la paroi et le moment où elle atteint l’autre face (déphasage) s’en trouve augmenté.

Effusivité thermique : à la différence de la diffusivité qui décrit la rapidité d’un déplacement des calories à travers la masse d’un matériau, l’effusivité décrit la rapidité avec laquelle un matériau absorbe les calories.Plus l’effusivité est élevée plus le matériau absorbe d’énergie sans se réchauffer notablement. Au contraire plus elle est faible, plus vite le matériau se réchauffe.

Énergie grise : quantité d’énergie nécessaire à la production, à la fabrication, au transport et à la mise en œuvre d’un produit. La vision écologique prend également en compte son usage et sa destruction. On y ajoute parfois la quantité d’eau nécessaire au cycle de vie du produit.

Formaldéhyde : COV, composé chimique largement utilisé dans certains meubles et produits (colles, résines, mousses isolantes en polyuréthane…), dans des textiles, des désinfectants… Certaines laines de verre ou de roche l’utilisent comme liant. On le trouve surtout en grande quantité dans la fumée de cigarette. Ce composé est une des substances chimiques polluantes les plus fréquentes dans les logements.La prise de conscience de ce fléau a induit depuis peu de temps une restriction insuffisante des normes de diffusion de ce COV.

FSC : Forest Stewardship Council. Conseil de soutien de la forêt pour la branche française de cet organisme international.

Gobetis : première couche d’enduit, irrégulière, servant de couche d’accroche, souvent riche en liant et jetée, liquide, sur le support à enduire.

Hérisson : forme de terre-plein constituée de granulats (pierres et autres) visant à supprimer les remontées capillaires.

Les granulats sont de granulométrie de plus en plus petite à mesure qu’on les empile.

HPV : hautement perméable à la vapeur (d’eau). Se dit des pare-pluie dont le coefficient Sd est inférieur à 0,09.

Humidité relative : mesure du rapport entre le contenu en vapeur d’eau de l’air et sa capacité maximale d’en contenir dans des conditions de température et de pression données.

Hygrométriques (propriétés) : les matériaux intérieurs peuvent jouer un rôle de tampon vis-à-vis de l’humidité de l’air. On choisira de préférence des matériaux qui ont la caractéristique d’absorber la vapeur d’eau quand l’humidité intérieure augmente et de la restituer quand l’air s’assèche. Ce qui n’exonère en rien de la nécessité d’une ventilation efficace.

Hygroscopique : se dit d’un matériau capable de stocker et de restituer la vapeur d’eau lorsque l’humidité de l’air varie.

Inertie thermique : notion définie par la combinaison de la masse et de la capacité thermique d’un matériau. Désigne le moyen de stocker des apports instantanés afin d’atténuer leur intensité et à la fois de mettre les surplus en réserve pour ne les restituer qu’ultérieurement à la période d’émission des apports.Plus l’inertie est forte plus la paroi ou le bâtiment est capable de stocker de la chaleur ou de restituer de la fraîcheur.

Laines minérales (laines de verre, de roche…) : la plupart sont élaborées à partir de fibres de silicates, de liants formol-phénol ou urée-formol-phénol (3 à 5%) et d’huiles (1%) pour empêcher les dispersion des fibres. L’Institut National de la Recherche et de Sécurité signale dans sa fiche sécurité ED93 que seules les fibres de diamètre géométrique inférieur à 3µm atteignent le poumon profond. Les fibres de laines de roche et de verre ont respectivement un diamètre moyen de 2 à 3µm et de 2 à 8µm…

Lambda (λ) : coefficient de conductivité thermique d’un matériau, exprimé en W/(m.K) (nombre de watts pour une épaisseur de 1 m et pour une différence de température de 1 degré Kelvin). Plus sa valeur est faible, meilleure est la performance de l’isolant, en flux de chaleur.

Maroufler : action consistant à presser ou noyer une toile (fibre de verre ou jute) dans un enduit humide. Cette opération, nécessaire lors de la pose d’un enduit sur des panneaux, permets d’éviter les fissurations au niveau des jonctions entre les panneaux en constant mouvement dimensionnel, par exemple à cause des changements d’hygrométrie.

Mu (µ) : valeur caractérisant la résistance d’un matériau à,la diffusion de la vapeur d’eau. C’est la quantité de vapeur qui traverse le matériau, exprimée en grammes par mètre carré, par heure et par millimètre de mercure de différentiel de pression entre les deux faces du matériau. Notion remplacée par Sd qui tient compte de l’épaisseur du matériau.

PEFC : programme européen des forêts certifiées (maintenant nommé PRCF, programme de reconnaissance des certifications forestières